NEW ORLEANS SOCIETY :
UN PREMIER ALBUM EN PLEINE LUMIÈRE

Malgré le titre de leur premier opus I'm beginning to see the light, il y a déjà près de dix ans que New Orleans Society joue en pleine lumière. Ces six copains amoureux du swing, du blues, de la fanfare, mais surtout du jazz s'en donnent à coeur joie et revisitent les standards louisianais à la sauce New Orleans sur un neuf titres, mêlant des morceaux instrumentaux et chantés pour un premier album rafraîchissant à écouter sans modération.
- La Nouvelle République -

--

L'ORCHESTRE DE LA NOUVELLE-ORLEANS
SOUS UN TONNERRE D'APPLAUDISSEMENT

Dans une salle comble, la prestation des musiciens a été particulièrement appréciée. Unis comme les doigts de la main, les cinq artistes ont distillé pour le plus grand bonheur du public une musique de la Nouvelle-Orléans.
Alternant la sensibilité du blues et le swing des comédies musicales, les cinq complices ont offert à leur public une musique chaleureuse, passionnée, enjouée et tendre, parfois explosive, mais constamment jubilatoire, fondée surtout sur l'improvisation.
- Le Courrier de l'Ouest -

--

AUX COULEURS DE LA NOUVELLE-ORLEANS

Cinq musiciens de talent au punch extraordinaire. Des musiciens avec lesquels on vit au rythme des airs tantôt blues, tantôt jazzy des célèbres Fats Waller, Duke Ellington, etc... et au rythme des airs revisités comme ce « Just a gigolo » déclamé tel un poème épique par Emmanuel Vergnaud. Cinq musiciens décontractés qui ne se prennent pas au sérieux...
- La Nouvelle République -

--

Comment terminer ce siècle sans rendre hommage au jazz des origines, cette musique qui est née avec lui et par laquelle un peuple opprimé se libérait ? Un hommage vivant et joyeux, pas la cérémonie navrante et radoteuse des embaumeurs intégristes de la tradition. Le New Orleans Society a retrouvé le plaisir de l'improvisation collective, des duels malicieux, des contre chants spirituels et des solos éperdus qui n'hésitent pas à se jeter dans le free le plus actuel. Car cette histoire-là ne s'est jamais arrêtée.
- Salle de jazz Carré Bleu - Poitiers -

--

Des musiciens joyeux qui aiment ce jazz originel sans limite et s'autorisent tous les détours : de chorus au phrasé bop jusqu'aux incises free. Avec sincérité et humour.
- Boulevard du Jazz - Melle -

--

Des musiciens qui ont effectivement fait vibrer la salle sur des rythmes tantôt blues, tantôt jazzy. Leur musique est un vrai plaisir et la soirée s'est terminée sous une salve d'applaudissements.
- La Nouvelle République -







Présentation _-_ Calendrier _-_ Presse _-_ Médias _-_ Espace pro _-_ Cie TC Spectacles
_